Association  BPSGM          Les Basses Pyrénées dans la seconde guerre mondiale         64000 Pau

Buziet

Mémorial

 

 

Références bibliographiques:

  • Bazan (Carmen). Mourir à Buziet (témoignage).

 

  • Poullenot (Louis). Basses-Pyrénées. Occupation. Libération. 1940-1945, J & D Editions, Biarritz, 1995, 366 p.

– p. 198-204 : siège du premier maquis du département. Maquis créé fin novembre 1942 par les guérilleros espagnols incorporés dans le 526ème G.T.E. Le maquis est rapidement transféré à Pédehourat (hameau de Louvie-Juzon). Ce maquis fonctionne en 1944 dans le cadre des MUR.

– p. 202 : attaque allemande sur le maquis les 11 et 17 juillet 1944

– p. 203 : le 518ème G.T.E. de Buzy

– p. 211 : parachutage d’armes à la Résistance les 24 et 25 août 1944 entre Buzy et Bel-Air sur le terrain Yatchman

– p. 316 : bilan statistique des combats : 14 résistants tués, 5 civils tués

 

Lieu de mémoire:

tombeLa commune de Buziet fut , le 17 juillet 1944, le théâtre du massacre de 14 maquisards espagnols en l’honneur desquels elle a fait ériger un mémorial.

Cette 10e brigade des guérilleros est active dès 1941 ; elle est composée de républicains antifascistes espagnols.

Elle est alliée aux maquis de la vallée d’Ossau et du Bager avec lesquels elle réalise des opérations contre l’ennemi. Ces guérilleros travaillaient alors sur différents chantiers et avaient pour habitude de se réunir à la maison Anglade, à Buziet, et qui leur servait également d’infirmerie.

Le 17 juillet 1944, les Allemands découvrent la cachette, tuent 8 guérilleros Espagnols et deux civils (deux femmes dont la propriétaire de la maison Anglade). Un mémorial, dont la conception et la réalisation reviennent à Louis Léra, avec la consultation d’Émile Vales, est élevé en leur honneur en 1998, à l’initiative de la municipalité en place alors.

Ce monument est le théâtre d’une cérémonie commémorative chaque année. Dans le cimetière, une tombe regroupe les corps des 8 guérilleros tués à Buziet et ceux de 6 autres guérilleros tués dans les environs proches de Buziet, avec une épitaphe en espagnol qui signifie : « Morts pour la liberté et la fraternité franco-espagnole ».

Pour en savoir plus:

Laisser un commentaire