Association  BPSGM          Les Basses Pyrénées dans la seconde guerre mondiale         64000 Pau

BOYRIE Lucien

 

2011-05-25 15.41.32

 

M. Lucien BOYRIE

111, rue d’Ossau,  GAN.

Témoignage recueilli le 25 mai 2011.

 

  • Engagé volontaire au 7ème régiment de tirailleurs marocains à Meknès en Février 1941,
  • Après le débarquement allié en Afrique du Nord (nov. 42) participe aux combats en Tunisie pour arrêter la progression italo-allemande, est fait prisonnier en janvier 1943,
  • Embarqué dans un avion allemand, escale à Palerme,. Un concours de circonstances le fait rapatrier en France,
  • Démobilisé à Marseille le 15 février 1943,
  • Retour à Pau le 17 février 1943,
  • Volonté de repartir en Afrique du Nord et de reprendre le combat,
  • Evasion par l’Espagne (mars 1943) : recherche personnelle et hasardeuse de passeur (Pau, Oloron, Mauléon, Iraty) : se joint à un groupe d’une soixantaine de personnes,
  • 20 octobre 1943 connait la détention dans une suite de prisons espagnoles, de Pampelune à Malaga,
  • Octobre 1943, embarquement sur le bateau « gouverneur général Lépine », rejoint, à Casablanca, le 7ème régiment de tirailleurs le 23 octobre,
  • Le régiment dissout, est affecté à la 1ère armée française de de Lattre de Tassigny,
  • Débarquement à Naples depuis Oran, le 10 février 1944, participation, à la campagne d’Italie,
  • Retour en Afrique du Nord pour participer au débarquement en Provence en aout 1944,
  • Campagne de France : vallée du Rhône, Jura, Belfort, Mulhouse, les Vosges, Alsace, Würtemberg, Pays de Bade, lac de Constance, 4 mois d’occupation à Innsbrück chez un particulier,
  • Démobilisé le 22 septembre 1945, rejoint ses parents à Gan et refusera l’engagement dans l’armée, (attachement à sa liberté),
  • Fera sa carrière à Turboméca,
  • Reconnaissance tardive de ses services lui permet une retraite anticipée à 55 ans.

Intérêt du témoignage :

  • Destin hors du commun d’un jeune soldat de la France Libre, de 1942 à 1945, de l’Afrique du Nord à l’Autriche,
  • Motivations :
    • Non acceptation de l’occupation allemande, père ancien combattant de la 1ère guerre donne une éducation en ce sens, le conduit à Pau voir les films pacifistes de l’époque,
    • Attachement à la liberté de la famille, le père le poussera en 1943 à repartir au combat (lui-même en ayant le désir),
    • Chômage, après une école d’apprentissage à Tarbes, travaille brièvement chez Messier, puis chômage du fait de la défaite,
  • Aspects détaillés du témoignage enregistré et écrit (7 feuillets),
    • Motivation,
    • Campagne d’Afrique en 1943,
    • Description de l’évasion par l’Espagne sans l’aide de réseau,
    • Description de l’incarcération espagnole, suite de prisons, le quotidien (mars à octobre 1943),
    • Départ de l’Espagne sur le Cdt Lépine,
    • Campagnes militaires : de l’Afrique du Nord à Insbrück.

Documents d’appui disponibles :

  • Photos personnelles des différentes prisons espagnoles,
  • Photos et plan du camp de Miranda (a réalisé la maquette du musée de la Résistance),
  • Carte de son périple,
  • Photos du bateau Cdt Lépine,
  • Photos d’un certain nombre de sites concernés, à l’époque,
  • Décorations, cartes.

Exemple caractéristique d’évadé par les Basses-Pyrénées.

Témoignage à rapprocher de ceux de :

  • Billaud : évadé par Saint-Jean-de-Luz sur le Sobiesky, bateau polonais, arrivée le 23 juin 1940 à Plymouth, engagé dans les Forces Françaises Libres, participe à tous les grands combats de l’Egypte, El Alamein, Bir Hakeim, Italie, Colmar, Ardennes.
  • Cordier (départ de Pau), secrétaire de J. Moulin.
  • Mme Forrester romancière juive.
  • M . Segot fuyant, de Pau, le S.T.O., prisonnier au camp de Miranda.

Documents annexes :

Laisser un commentaire