Association  BPSGM          Les Basses Pyrénées dans la seconde guerre mondiale         64000 Pau

Archives mensuelles : novembre 2015

FAVRE Lucien.

favre 1FAVRE (Lucien) est né le 14 août 1906 à Mers-les-Bains (Somme).

 

Professeur de lettres à l’Ecole Normale de Lescar puis au lycée Saint-Cricq de Pau, il est également, inspecteur primaire depuis 1935. En 1930, il rejoint la franc-maçonnerie.

Résistant de la première heure, il est révoqué par Vichy en 1940. Jean-Jacques est arrêté par la Gestapo en 1943 mais parvient à se faire libérer.

 

Au lendemain de la libération, il fonde le journal clandestin 44 et il préside la création du quotidien La IVème République, devenu rapidement La République des Pyrénées. Membre de la S.F.I.O. (Société Française de l’Internationale Ouvrière), il dirige à la fois le journal, et parallèlement, assure ses fonctions d’homme politique.

favre exergue_NEW

 

 

Prologue écrit par Lucien Favre pour la brochure de Marcelle Flach citée dans les références bibliographiques.

 

 

 

En 1945, il est élu maire-adjoint de Pau. Il est également conseiller général du canton d’Arzacq de 1945 à 1948.

Il meurt brutalement à l’âge de 42 ans à Pau en 1948.

A Pau, un boulevard et un stade portent son nom.

Références bibliographiques:

 

– Chiama (Jean), Lucien Favre, homme de convictions et de culture, journaliste engagé de talent, Revue Société des Sciences Lettres et Arts de Pau et du Béarn  n°39, 2012, p 223-244.

– Flach (Marcelle), La Résistance à Pau (Bas.-Pyr.) – Le Passage des Pyrénées, Imprimerie commerciale, Pau, 1945, 65p.

– Poullenot (Louis), Basses-Pyrénées, Occupation Libération, 1940-1945, J & D Editions, Biarritz, 1995, 366 p.

  • 263 : le 22 août 1944, il dirige l’équipe de journalistes qui créent le journal 44. Le lendemain, il préside à la création de La IVème République et en devient le directeur.

– Pennetier (Claude) (dir.), Le Maitron – Dictionnaire biographique : mouvement ouvrier, mouvement social, de 1940 à mai 1968, Tome 5 et CD-ROM, Editions de l’Atelier, Paris, 2009, 462 p.

Pour en savoir plus:

70ème anniversaire de la République des Pyrénées

L. Favre dans « le Maitron »

 

DUPE René.

DUPE René  est né le 29 octobre 1920 à Saint-Martin-de-Seignanx (40). Témoignage transmis par son fils, Dupé Jacques. Il a 19 ans en 1939 et travaille à Bayonne comme mécanicien quand il apprend la guerre. En mars 1940, il s’engage pour la durée de la guerre et part à l’école des mécaniciens d’aviation à Rochefort.… Lire la suite

HOURCOURIGARAY Joseph.

HOURCOURIGARAY Joseph est né le 23 mars 1921 à Esquiule.   Après des études au lycée Saint Cricq à Pau, il s’engage dans la Marine. En 1940, il appartient à l’équipage du croiseur « Tourville » qui patrouille en Méditerranée. Coupé de toute information, il apprend avec stupeur la signature de l’armistice. Des rumeurs circulent concernant un… Lire la suite

LATUSQUE André.

LATUSQUE André (alias Néné) est né le 8 février 1924 à Pau.   Son père,Jean, est un ancien de 14/18 qui décède en 1934 des suites de ses blessures. André Latusque poursuit ses études à Biarritz où sa mère s’est installée: le primaire puis le lycée technique Jules Ferry. En 1941, il a 17 ans,… Lire la suite

ORDOKI Kepa

  ORDOKI  Pedro Vázquez dit Kepa est né le 3 août 1913 à Irun (Espagne).       Maçon, il fait partie du mouvement républicain de gauche A.N.V. (Action Nationaliste Basque) et s’engage dès l’été 1936 dans l’armée basque contre le régime franquiste. Capitaine du bataillon San Andrès, il est vaincu à Bilbao le 19 juin… Lire la suite

BAREILLES Paul

  BAREILLES Paul est né le 15 septembre 1923 à Eysus. Interview enregistré le 28 juillet 2011 par Valérie Picaut, association « Paroles de témoins ».         D’origine rurale et agricole, Paul Bareilles participe aux chantiers de jeunesse. Il refuse le S.T.O. et franchit les Pyrénées fin juin 1943 avec l’aide d’un passeur de… Lire la suite

Rafle de Nay. 26 août 1942.

  La rafle des juifs étrangers à Nay le 26 août 1942.     Contribution de M. André Narritsens. Parmi les réfugiés de l’exode, figurent des juifs français et étrangers, ces derniers assignés à résidence. Tous connaissent des conditions de vie très difficiles mais si les juifs français se considèrent à peu près à l’abri… Lire la suite