Association  BPSGM          Les Basses Pyrénées dans la seconde guerre mondiale         64000 Pau

BORDELONGUE Ambroise

BORDELONGUE Ambroise

 

BORDELONGUE (Ambroise) est né le 18 juillet 1888 à Moumour (Basses-Pyrénées).

 

Héros de la Première Guerre mondiale, il perd son bras gauche le 3 novembre 1916.

 

Haut fonctionnaire des P.T.T., il devient franc-maçon en 1928.

 

capture 3_NEWLe 20 juin 1940, il organise la première réunion de la Résistance paloise. Sous son pseudo « Michel », il est l’une des figures principales de la Résistance dans le département.
Très grand organisateur, il est un des fondateurs du mouvement « Combat » dont il devient le chef départemental en 1941. L’année suivante, il est chef départemental des M.U.R. (Mouvements Unis de la Résistance) et à la Libération, il est élu président du C.D.L. (Comité Départemental de Libération).
Le 3 octobre 1943, lors d’une réunion organisée avec ses camarades dans un restaurant palois, il échappe de justesse à un guet-apens dans lequel tombent ses amis Henri Fraisse et Henri Lacabanne.

Suite au décès de Lucien Favre, il est nommé directeur de « La IVème République » (aujourd’hui « La République des Pyrénées ») de 1948 à 1965.

Il décède en 1971.

Les communes de Pau, d’Oloron-Sainte-Marie et de Précilhon ont chacune une rue nommée Ambroise Bordelongue.

Fait chevalier de la Légion d’honneur le 14/1/1948.

ordre division
A.D. 64
ordre 14 18
A.D. 64

 

Croix de Guerre 1914 – 1918.

Croix de Guerre 1939 – 1945.

 

 

 

 

Références bibliographiques.

  • Bernstein (Serge), Le Parti socialiste entre Résistance et République, Publications de la Sorbonne, Paris, 2000, 357p. Voir page 49.
  • Flach Marcelle,(Mme. Guérin), La Résistance à Pau (Bas.-Pyr.) – Le Passage des Pyrénées, Le Premier Résistant de France, Imprimerie commerciale, Pau, 2ème trim. 1945, 64 p.
  • Nativité (Jean François), Servir ou désobéir ?, Vendémiaire, Paris, 2013, 479 pages.
  • Poullenot (Louis), Basses-Pyrénées, Occupation, Libération, 1940-1945, J & D Editions, Biarritz, 1995, 366 p.
    • 175 : une des principales figures départementales de la Résistance. Membre de Combat.
    • 238 : le 3 octobre 1943 : échappe de peu au guet-apens dans lequel tombent Henri Fraisse et Henri Lacabanne.
    • 250-253 : début mai 1944, Michel transmet à tous les chefs départementaux des M.U.R. la circulaire du C.N.R. du 2 mai (programme d’action de la Résistance), accompagné d’instructions concernant les B.P..
    • 254-305 : son action en tant que chef départemental des M.U.R. et du C.D.L. clandestin. Membre du C.D.L. (noyau actif).

Sur l’histoire des journaux béarnais, voir dans le site de l’Association “Partage et Culture en Aspe”, le résumé d’une conférence donnée par Serge Chantre.

Cliquez ici

Désolé, les commentaires sont fermés pour cet article.